Coups de coeur culturels

rond-cult

Bonjour guys ! Se cultiver, tel un légume ( ou un fruit ), est primordial à notre croissance. Le cerveau et l’âme ont besoin du terreau culturel afin de pousser, d’évoluer, de s’épanouir. La culture n’est pas réservée à une élite. Elle est de plus en plus accessible, moins chère voire gratuite, et moins centralisée à Paris. Des spectacles, concerts, expositions, ateliers… rien qu’un abonnement à la Bibliothèque Municipale est déjà beaucoup. Dans cet article, je vais vous parler de trois coups de coeurs récents concernant la danse, l’audiovisuel et la littérature. Parmi les 7 arts qui existent, ils en a forcément un qui vous correspond. Abandonnez les préjugés, les idées reçues et les mauvais souvenirs. Ouvrez-vous à l’art et à la culture, et c’est un tout nouveau monde qui s’ouvrira à vous.

-Le ballet « Jewels » de Balanchine :

JEWELS-jumbo

Jewels (Joyaux) est un ballet en trois parties chorégraphié par George Balanchine pour le New York City Ballet. Il fut représenté pour la première fois le au New York State Theater. Fervent admirateur des femmes, George Balanchine leur rend hommage dans Joyaux, œuvre inspirée de sa découverte des somptueuses vitrines du joaillier Van Cleef & Arpels sur la Cinquième Avenue de New York. Émeraudes, Rubis et Diamants se succèdent dans un triptyque savamment orchestré, célébrant les capitales des trois grandes écoles de danse : Paris, New York et Saint Pétersbourg.

Emeraude, hommage vert d’eau au ballet romantique français, fait de la danseuse une Ophélie mélancolique dont les bras sont des liane au gré de la musique de Fauré. Dans Rubis, la compagnie danse sur le swing jazzy que Stravinsky impulse à son Capriccio pour piano et orchestre. « Le ballet est une femme » disait Balanchine, et Diamants, évocation de son école russe sur la musique sentimentale de Tchaïkovski, en est la preuve.

22jewels-web1-facebookJumbo

Le ballet est disponible sur Youtube : http://bit.ly/2pKfjD6. Il y a trois vidéos, une pour chacun des actes. La qualité est très bonne et le spectacle récent. Les costumes sont sublimes, les interprétations incroyables. Notamment les solistes d’Emeraudes et les pas de deux de Diamants. Rubis est la partie qui m’a le mois plue, la musique me correspondant moins. En effet, le côté jazz n’est pas ce que j’apprécie le plus. Etant amoureuse de Tchaikovsky, c’est le dernier acte qui m’a conquise, bien que les émeraudes soient de très belles perles. Oh, je n’ai rien contre les rubis, le rouge est ma couleur préférée. C’est simplement une question de goût musicaux. La chorégraphie me correspond moins également. Je préfère voir la compagnie ressembler à des elfes dans Emeraude, des danseuses solistes impressionnantes telles des fées, ainsi que les anges spectaculaires dans la blancheur du Diamant. Mais tout dans ce ballet relève de l’onirique et cette magie nous emporte au pays des rêves, au milieu des étoiles de l’Opéra.

-La série « Alias Grace » / « Captive » sur Netflix :

ag-hero-www

Synopsis : » Dans le Canada du XIXe siècle, un aliéniste américain, Simon Jordan, tente d’évaluer si Grace Marks, servante condamnée à mort (peine commuée en emprisonnement à perpétuité) pour les meurtres de son maître et d’une gouvernante, devrait être graciée. Est-elle innocente ou coupable, folle ou saine d’esprit ? Tiré d’un roman de Margaret Atwood, le thriller s’inspire d’un fait divers historique. En 6 épisodes, l’histoire raconte la vie de Grace, domestique qui change un jour de maître pour rejoindre un autre maître, Thomas Kinnear, qui vit avec sa gouvernante Nancy Montgomery et dont leur relation est ambiguë. Un jour, les deux sont assassinés et Grace est accusée du double meurtre.  »

Screen-Shot-2017-10-25-at-17.20.02-df8a2b8

Grace Marks, visage d’ange sous un austère bonnet, n’est pas une prisonnière comme les autres. Depuis son procès, quinze ans plus tôt, elle divise la société de son époque, le Canada anglais du XIXe siècle. Est-elle une victime ? Une criminelle ? Une manipulatrice perverse ? Le Docteur Jordan et Grace deviendront proches, ils s’entretiendront quotidiennement afin que Grace se replonge dans son passé et retrouve progressivement la mémoire, notamment ce qu’elle a enfoui en elle depuis le traumatisme du meurtre de Monsieur Kinnear et Nancy Montgomery. La série Alias Grace examine l’univers perturbé et perturbant d’une femme qui endurent de nombreuses épreuves, de l’abus de son père dans sa jeunesse à l’oppression durant ses années de domestique jusqu’à la dégradation de ses conditions de travail lorsqu’elle arrive dans la maison de Monsieur Kinnear, puis le mauvais traitement en hôpital psychiatrique et en prison. Accusée d’un double homicide, Grace fascine et est regardée comme une bête curieuse.

Anna-Paquin-recently-starred-in-AE-Networks-remake-of-Roots-she-has-now-been-cast-as-Nancy-Montgomery-in-Netflixs-Alias-Grace

Mon avis : Dès les premières minutes, j’ai accroché. Je n’explique pas ce sentiment, c’est du ressenti, pas du rationnel. La psychologie, la psychanalyse même, le mystère, le mensonge, les costumes, le scénario, la façon de filmer, les jardins, les acteurs… tout m plait. Une femme au centre de l’histoire, victime mais loin d’être victimisée. Une fille devenue rat de laboratoire, mais bien plus qu’un objet d’étude. Elle tire les ficelles. On saluera le jeu de l’actrice qui est tout simplement impressionnant. Sarah Gardon mériterait un prix pour ce rôle d’ailleurs. On retrouve Anna Paquin de True Blood qui nous revient brune. Je n’ai pas lu le livre de Margaret, aussi je ne saurais vous dire si l’adaptation est réussie. En tout cas, la série en tant que telle l’est. Je la préfère à « La servante écarlate » dont tout le monde parle mais je n’ai pas étais autant saisie par l’histoire. 6 épisodes seulement, tout va très vite. On veut immédiatement connaitre la suite. J’avoue, j’ai « binge watché » Captive car c’est le spectateur qui devient prisonnier de cette intrigue. Saurez-vous en échapper ?

-Le livre « Marie-Antoinette, Carnet secret d’une reine« , illustré par Benjamin Lacombe : 

Couv_262708

Google Books :  » Cette nouvelle edition – a la fabrication extremement soignee – est agrementee d’une illustration de couverture inedite. Qui n’a jamais reve de s’immerger dans l’intimite de Marie-Antoinette, archiduchesse d’Autriche, derniere reine de France et de Navarre, femme celebre et controversee devenue un veritable mythe ? Sous la forme d’une nouvelle edition a la fabrication extremement soignee, nous vous proposons de decouvrir son journal intime. Porte par Benjamin Lacombe, accompagne par le regard de Cecile Berly, historienne, specialiste de Marie-Antoinette, ce carnet d’une richesse graphique inouie (peintures, aquarelles, crayonnes) mele certaines des lettres authentiques de Marie-Antoinette, a celles, fictives, du Comte Fersen avec lequel elle entretenait une relation privilegiee. Un livre exceptionnel pour les amateurs d’Histoire et de beaux ouvrages illustrés.  »

Marie-Antoinette Carnet secret d'une reine de Benjamin Lacombe -

Que dire de plus ? Les illustrations parlent d’elles même. Elles sont tout simplement magnifiques. Même celle représentant les têtes tranchées est colorées et a un aspect humoristique. Les dessins oui, mais les lettres également. Nous retrouvons en majorité celles écrites par Marie-Thérèse d’Autriche, la mère de Marie-Antoinette, et bien entendu des extraits du carnet secret de cette dernière. A chaque fois que je tournais les pages, j’étais encore un peu plus éblouie par ces couleurs, ces fleurs, animaux, parures… Et fortement intéressée par ce que ces femmes ( et quelques hommes ) ont put écrire. L’extravagance des perruques, la magnificence des fleurs et le danger des mots. Vous l’aurez compris, une belle découverte pour les yeux.

Marie-Antoinette Carnet secret d'une reine de Lacombe

Vous pouvez vous le procurer en ligne sur le site de la FNAC au prix de 24.95 E : http://bit.ly/2zE0bGW. Etant donnée la qualité des dessins, des pages ainsi que de la couverture, je trouve le montant tout à fait respectable. J’ai d’ailleurs été agréablement surprise, tout au fil de la lecture, de voir que rien n’a été laissé au hasard, que le moindre détail est réfléchi, que tout est beau et grandiose. On saluera, en plus du talent évident de Benjamin, l’aspect historique tout à fait enrichissant dont les lumières de Cecile Berly éclairent savamment nos esprits.

J’espère que cet article vous aura permis de faire des découvertes. Si vous avez déjà vu, lu une ou plusieurs des choses dont je vous ai parlées, n’hésitez pas à laisser votre avis en commentaire. Quel est votre domaine artistique préféré ? Quels sont vous coups de coeurs culturels du moment ou de votre vie ? On n’est jamais assez riche de savoir, c’est la seule chose que je sais.

Bisous, Ada. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s