Bilan 2017

2017-calendar-design_1107-87

Bonjour guys ! 365 jours. C’est énorme, cela peut paraitre interminable. C’est si peu, cela passe si vite. Tout dépend des situations et de notre façon de les aborder. Généralement, c’est avec le recul que l’on réalise que même les instants interminables, ennuyeux ou compliqués ne sont pas une fatalité et que nous en sommes libérés plus tôt / facilement que nous le pensions. J’ai appris, à mes dépends, que ce n’est pas en pensant au temps passé ni en espérant que l’avenir vienne vite que le présent sera plus simple. Il faut vivre l’instant maintenant, l’apprécier s’il est agréable car éphémère, et prendre sur soi s’il ne l’est pas car il est aussi éphémère. Rien ne dure, le positif certes, mais le négatif non plus. 2017 aura été une année riche en émotions, en épreuves, en désillusions, en révélations, en accomplissement personnel, en mise au point, en combat, en réussites… En tout. La vie quoi. Il y a certaines choses que je préfère garder pour moi, j’en partage beaucoup sur ce blog, mais il y a des éléments très personnels que seuls mes proches connaissent, voire même personne. Avoir son jardin secret, c’est important, primordial, pour faire éclore la fleur qui sommeille en chacun de nous. Des épines, des feuilles qui fanent et tombent, mais un parfum qui embaume, devenir du parfum, sublimer l’odeur d’autres, les rendre confiants, heureux, les faire se souvenir de senteurs d’antan. On peut décider de voir les choses de pleins de façons. Au début de l’année, je ne voyais pas très loin, c’était le brouillard en face de moi. Nous sommes le 20 décembre, l’hiver est bientôt là. D’habitude je hais cette saison, je suis déprimée et congelée. Pas cette année. Au cours de ces mois, j’ai appris à relativiser. J’y travaillerai toute ma vie, mais cette fois je ne suis pas morose, je suis une rose vêtue d’un pyjama rose Victoria Secret, les cheveux gras d’huile Nuxe, je suis bien, confiante en l’avenir et satisfaite de ces jours, semaines et mois que j’ai vécus. Parmi toutes mes péripéties, je vous parle de ce qui m’a le plus challengée. Plus c’est dur, plus l’on peut être fier(e). Il faut croire en soi, apprendre de ses échecs et savourer ses réussites. On ne perd jamais rien à vivre.

-Avoir eu mon permis : 

la-main-au-collet20

C’était pas gagné, mais je l’ai eu. Après avoir obtenu mon code tout en ayant rien fichu, j’ai eu le permis. Mais la seconde fois. En même temps on ne peut pas dire que ma motivation était optimale, ce qui s’est ressenti. Je suis une piètre conductrice, je n’aime pas ça. Je préfère avoir un chauffeur (mon père en l’occurrence). Pourtant, j’adore les belles voitures. Mais entre vouloir une Porsche Cayenne Turbo S noire aux jantes rouges et être au volant il y a une différence. Première fois, examen raté. Je m’en doutais. Pour le deuxième, j’avais vraiment la volonté de réussir ( et surtout de me débarrasser une bonne fois pour toute de cet examen ). Cela a dû être l’une des rares fois où j’étais fière de ma conduite. Je l’ai euuuuu ! Depuis, je conduis très peu, je n’aime toujours pas ça, mais au moins j’ai la carte rose et je sais que je peux être autonome de ce côté là.

-Être diplômée :

Gérard_Simonian_ESJ_Paris_1955-57

Enfin, j’ai le graal : mon diplôme de journaliste. 22 ans, les études c’est fini ! J’ai toujours été studieuse et je ne peux pas rester sans rien apprendre. Néanmoins, je n’en pouvais plus des études. Des leçons, des contrôles, des mêmes notions qu’on nous rabâche depuis le lycée… Bien que j’ai pris plaisir et découvert des choses, j’en avais marre d’être encore à ce stade d’élève. Depuis 19 ans que j’étais dans le système scolaire, je saturais. Cet été, je me suis accordée une pause, je me lassais des thèmes abordés que je connaissais déjà. En septembre, mes parents m’ont mis un coup de pieds aux fesses. J’ai réalisé que le plus tôt je m’y remettais, le plus tôt je serais diplômée et je pourrais passer à autre chose. Ils m’ont donnés comme ultimatum mai / juin. Ni une ni deux, je me suis mise à fond les ballons dans mes études et en 2 mois c’était bouclé. Mais pas bâclé. Je ne suis pas peu fière de vous annoncer que j’ai obtenu 16.78 de moyenne, et donc décroché le bout de papier avec mention Très Bien. Quand on veut, on peut ! Ne lâcher rien, jamais. Trouver la motivation au fond de vous, pensez à l’après, à ce qui vous attend. J’ai reçu mon diplôme début décembre, je m’accorde la fin de l’année comme break et en 2018 nouveau départ. Mon rêve, depuis que j’ai vu Le Diable s’habile en Prada il y 8 ans, est de bosser dans la presse féminine. Nous verrons s’il se réalise un jour.

-Un projet en cours ( dont vous serez très vite au courant ) :

20130622-pictures-madonna-secret-project-trailer-61

En parlant de rêve, j’ai un projet en cours dont seuls mes proches les plus proches sont au courant. Vous le serez également, mais avant quelques mois. Je sais, c’est frustrant : pourquoi tu nous en parle si tu ne peux pas en parler ??? Pour vous prévenir que quelque chose de graaaaand va arriver. Ce projet m’a demandé énormément d’investissement et de temps, mais il va aboutir et cela me réjouit. J’en ai parcouru du chemin depuis la fille qui était paumée en droit. Ce que je veux souligner en mentionnant ce projet secret, c’est que la vie est faite de moments de doute, nous sommes perdus, nous nous cherchons, nous avons envie d’abandonner. Je suis passée par une phase de dépression, j’étais au bout du rouleau. Mais je suis sortie de ce trou noir, enfin presque, car l’anorexie me ronge mais c’est justement en mettant en place des plans d’avenir, en étudiant, en menant des actions sur le long terme, que l’on trouve un sens à sa vie, que l’on se trouve soi-même. Ce secret sera bientôt révélé, j’en ferai un article à part entière. Restez connectés, vous n’allez pas être déçu(e)s !

-Apprendre la pâtisserie :

 

role-ingredient-patisserie

J’adore cuisiner, les desserts en particulier, et ce depuis toute petite. Je trouvais des recettes dans les magazines de ma mamie, je regardais Cuisine Tv, mais au final je suivais rarement les recettes à la lettre. J’inventais mes propres popotes ( soupe à l’ail, potatoes, petits pains au Nutella, cookies aux pépites de chocolat …). En grandissant j’ai arrêté, pensant que cuisiner était associé à la condition inférieure de la femme. J’ai ensuite réalisé qu’il n’y avait rien de honteux à aimer cuisiner, au contraire, la plupart des grands chefs sont des hommes. Et puis cela me fait du bien de préparer à manger pour mes proches, de leur faire plaisir. Rien que pâtisser m’est bénéfique. Cela me détend, je ne pense à rien d’autre, sans parler de la bonne odeur qui embaume toute la maison. Les gâteaux au yaourt c’es bien mignon, mais un moment donné j’avais envie de passer au niveau supérieur. Gougère, fraisier, forêt noire, macarons, scones, bûche de Noel, layer cake, cupcakes, profiteroles, tarte meringuée, sachertorte, galette des rois, kanelbullar, gaufres liégeoises, sablés au parmesan, crème brûlée… j’en aurais faites des pâtisseries cette année ! Toutes n’avaient pas un aspect de pro, mais toutes étaient réussies gustativement parlant. Mon père, le plus grand gourmand que je connaisse, les dévores à chaque fois. Même lorsque j’en apportais à mes grands parents qui avaient déjà diné ils les mangeait devant « N’oubliez pas les paroles ». J’ai acheté poches à douille, embouts en tout genre, moule à charnière, emporte pièces, verrines, cassolettes… ah il me faudrait des moules à soufflés tiens ! Si ça continue, dans 3 ans je serais prête pour la fameuse émission avec la mère Mercotte et Cyril Lignac.

-Lâcher prise : 

lâcher-prise

Moi, stressée ? Non, paniquée. Angoissée. Traumatisée. Apeurée. Dans le contrôle, la crainte, la peur. Oui, mais ça c’était avant. Bon, certes j’ai toujours mes phases, mais elles sont beaucoup moins récurrentes. Une attaque de panique arrive sans prévenir, en revanche gérer le stress au quotidien et la façon d’aborder certaines situations peut se travailler et s’appréhender. J’ai donc fait, et c’est un travail constant, un travail sur moi-même afin de lâcher prise. Je n’aime pas cette expression qui veut tout dire et rien à la fois, utilisée par tous ces soit disant experts de la santé et du bien être qui veulent juste vous vendre de belles paroles. A défaut de trouver d’autres mots, j’utilise donc lâcher prise pour décrire cette attitude qui est maintenant souvent la mienne à savoir relativiser, aborder les choses avec moins de fatalité, prendre du temps pour moi chaque jour sans culpabiliser, accepter de ne pas tout contrôler, déléguer des tâches, ne pas chercher à dominer les autres, être libre de faire ce qu’il me plait tout en laissant de la liberté à autrui. Etre moins pénible en somme, pas juste pour mes proches mais pour moi. J’en étais arrivée à un point où je m’épuisais toute seule. Yoga, méditation, cuisine, écriture, lecture, sport, parler à mes amis, me confier, pleurer, faire des blagues, me taire, ne pas me forcer à faire des choses dont je n’ai pas envie, planifier l’avenir tout en acceptant l’inconnu… Si j’ai pu le faire, vous le pouvez également. J’étais noyée sous le stress, je reviens de loin. Mon conseil est d’élire, tous les soirs, au moins trois choses pour lesquelles vous êtes reconnaissants. Vous verrez qu’au lieu de vous focaliser sur le négatif, vous terminerez la journée avec du positif. Notez alors comment vous vous sentez ( fatigué, énervé, joyeux, ambitieux… ) et essayez de trouver les raisons de ces sentiments ( pas assez dormi, des examens, une embrouille au travail, une bonne nouvelle, un diplôme, un voyage, avoir eu droit au sourire d’un proche …). Les raisons négatives ne sont pas fatales, vous verrez qu’elles ne seront qu’éphémères et sont loin de gâcher votre vie. Demandez-vous comment vous pouvez y remédier, et si vous ne pouvez rien faire, acceptez le. Le plus tôt sera le mieux. N’ayez aucune honte à demander de l’aide pour traverser cette épreuve. Concernant le positif, reconnaissez votre chance, servez-vous en comme moteur. Le bon attire le bon et inversement. Le Karma est réel. Que souhaitez-vous attirer ?

-Mon blog : 

 

Vintage_Vogue_VictoriaPassion_style&Fashin

Mon bébé a bien grandi ! Plus de 200 articles de publiés et toujours plus de lecteurs / lectrices. Un grand merci à vous tous / toutes pour vos lectures et vos commentaires. Même si personne ne s’intéressait à moi, j’écrirais  car cela m’est vital. J’écris au quotidien comme je respire, sans me poser la question. Cela fait partie de qui je suis. Mais sans vous, tout perdrait de son sens car à quoi bon écrire si on ne lit pas ? Vous êtes une des raisons pour lesquelles  ce blog existe toujours, la raison la plus importante. J’espère que le contenu que je vous propose continuera de vous plaire, je ne compte pas m’arrêter là. Ce blog c’est mon journal intime, je publie des sujets divers et variés selon mon humeur, mon inspiration. Je me fiche d’être à la mode, tendance, dans le move… Je suis moins d’être une bloggueuse connue, aucune marque n’a travaillée avec moi. Mais ce n’est pas le but de cette aventure. Non. Ecrire, partager, être lue, vous savoir là, bien que loi, c’est si touchant ! Vous n’imaginez pas à quel point un commentaire, un like, un abonnement me fait plaisir. Un sourire aux lèvres, une larme à l’oeil, de la gratitude, du bonheur tout simplement. Alors merci à vous de me rendre heureuse.

new_year_2018_color

Et vous, quelles sont vos plus belles réussites de l’année ? Je ne suis pas du genre à prendre des résolutions intenables, je préfère faire le point en fin d’année, tirer des leçons et tenter de ne pas les reproduire l’année suivante. J’en ferai d’autres. Et j’apprendrai à nouveau. Ainsi va la vie. Donc, je ne publierai pas d’article « Mes résolutions 2018 ». J’adapterai mes actes, mes paroles, mes sentiments… au fur-et-à-mesure de l’année car nul doute que je changerai au cours du temps. Rien ne dure, alors profitez du présent, le seul instant que nous vivons vraiment. J’espère que 2017 restera dans vos mémoires comme une année agréable. Abordez celle qui arrive avec le sourire, l’espoir, la motivation et la détermination. C’est votre existence, faites-en ce que vous souhaitez. Vous êtes libres, vous êtes vous, et c’est tout ce qui importe. Rien n’est plus beau que d’être soi, simplement, pleinement, heureusement.

Bisous, Ada. 

 

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Félicitations pour les différentes réussites de cette année!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup 🙂 j’espère que votre année sera pleine de belles choses. Me concernant elle commence bien car le 12 janvier mon premier livre « Des mots pour une vie » sera publié !! Mon rêve se réalise, les votre aussi le seront 🙂

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s