L’amitié

636047980208985477-1669578517_maxresdefault

 

Bonjour guys ! Selon le Larousse, l’amitié est le  » Sentiment d’affection entre deux personnes ; attachement, sympathie qu’une personne témoigne à une autre. »  Je ne parlerai pas des pseudo-amitiés sur les réseaux sociaux, l’article serait interminable. Je me concentrerai ici sur les relations amicales véritables, dont le contact physique a existé, mais une relation purement virtuelle bien que je concède que l’on puisse communiquer avec des gens à distance et se lier d’amitié avec eux. Heureusement d’ailleurs, cela permet de connaitre des personnes vivant à l’étranger ou tout simplement loin, de créer des liens, d’élargir son champs social, d’apprendre sur la culture de cette personne, les modes de vie dans son pays etc. Vous voyez, je m’étale déjà. Donc, les amitiés physiques. Elles commencent tôt, du moins pour la plupart des gens. Les sociopathes ne sont pas le sujet de cet article. A l’école, c’est là que tout commence. Ou à la garderie mais bon, tous les enfants n’y vont pas, alors je trace la flèche chronologique en partant de la maternelle, ça fait plus intellectuel que de dire dans le bac à sable.

09dfc4ac62f0950706ae891d0e8fde40--robert-doisneau-vintage-photographs

Donc nous arrivons sur les bancs de l’école, de jolies nattes tombant sur les épaules et un cartable Chipie tout neuf. On est nerveuse mais excitée. On est timide, la maitresse nous demande de nous présenter. Elle a l’air sympa elle, j’aime sa trousse en tout cas. Et elle a une jolie jupe. Bon, je vais lui parler. Trois mois plus tard on a fait une fête pour son anniversaire, c’était trop bien. Un jour je l’ai invité à la maison, on a joué et papoté. Pendant les vacances elle m’a même invitée à dormir ! On sera amies pour la vie, c’est sur. L’année suivante, la panique devant les listes des classes, est-ce qu’on sera ensemble ? Je vais passer l’année sans amis sinon… Soit oui on est encore ensemble et tant mieux, sinon et bien des amis on s’en fait d’autre. C’est la même rengaine chaque rentrée. Le plus intense c’était au collège pour moi. L’adolescence, quelle ingrate. On se sent incompris de tous, on ne se comprend pas soi-même, alors on a besoin d’une autre personne nous aidant à y voir plus clair, nous soutenant durant cette période atroce. Je ne suis pas toujours tombée sur des compositions de classe qui me convenait, avec mes amies de l’an passé nous nous sommes éloignées, malgré les fous rires partagés. Et se faire de nouvelles amitiés, le temps d’une année et ainsi de suite pendant 15 ans.

18 balais, let’s go to the université. J’ai rencontré des gens géniaux au lycée, des amitiés qui durent encore. En seconde j’étais à l’internant, là-bas j’ai rencontré une fille avec qui je suis encore en contact constant. Je n’aime pas ce terme mais je la considère comme ma meilleure amiiiiiiiie… lalalala ! Avouez, vous l’avez écouté ce single hein ?

 

lorie-jeseraitameilleureamie

The old times. Lorie, Alizée, Nolwenn, les What 4, « Le Chemin » de Kyo, bref. Il y a cette fille donc, qui se reconnaitra, mon frère de coeur ( ne cherchez pas ). Et d’autres personnes rencontrées en terminale. J’avais déménagé cette année là ( Autant Lorie j’avoue avoir kiffé, autant Claude François n’a jamais été ma tasse de thé ), et je craignais d’être le cygne noir ( j’adoooooore le ballet du « Lac des Cygnes« , my favorite ) de la classe. Nope, nous avons vite formé un groupe de quatre filles et un garçon. Finalement j’ai passé une des meilleures années scolaire de ma vie ( et en plus j’ai eu mon bac avec mention #tropfiere ! En même temps j’ai bossé comme une déterrée alors j’avais plutôt intérêt à l’avoir cette pu***n de mention ). Comme quoi on a beau grandir, on stresse à chaque rentrée, comme si avoir des amis était plus important que tout le reste. Eh bien ça l’est, car nous rigolions comme jamais, cela me permettait de penser à autre chose et de moins stresser pour les cours. Il n’y avait aucune complétion, que de la solidarité, nous nous aidions dans les révisions, mais nous déconnions surtout. Mon dieu, quand je repense à toutes les idioties dites je me demande comment on a fait pour avoir notre diplôme ( #joking #notjoking ? ) Tout ça pour dire que sans eux je ne sais pas ce que cette année aurait été, et peu importe car ils étaient là et j’ai vraiment connu des instants de gratitude face à toute cette amitié. Elle me rendait heureuse, tout simplement. Alors avoir des amis c’est pas juste pour ne pas passer une année solo étant la risée du bahut, avoir des amis c’est une expérience humaine sans pareille.

L’amitié fait aussi le sujet de textes plus sérieux, non pas que Lorie soit risible hein, mais disons que Montaigne par exemple joue dans une autre catégorie. L’amitié, ciment des relations entre les êtres humains, n’a pas attendue notre époque pour nous inspirer. Je n’ai pas écris le nom de Montaigne par hasard, il a consacré au sujet un livre entier dont je vous laisse lire un sublime extrait.

Montaigne, Essais, livre 1, chapitre 28, De l’amitié : 

Riveline (Maurice), Montaigne et l'amitié

« Au  demeurant, ce que nous appelons d’ordinaire amis et amitiés, ce ne sont que des relations familières nouées par quelque circonstance ou par utilité, et par lesquelles nos âmes sont liées. Dans l’amitié dont je parle, elles s’unissent et se confondent de façon si complète qu’elles effacent et font disparaître la couture qui les a jointes. Si l’on me presse de dire pourquoi je l’aimais, je sens que cela ne peut s’exprimer qu’en répondant : Parce que c’était lui, parce que c’était moi.

Au-delà de mon discours et de ce que j’en puis dire particulièrement, il y a je ne sais quelle force inexplicable et fatale, médiatrice de cette union. Nous nous cherchions avant de nous être vus, et les propos tenus sur l’un et l’autre d’entre nous faisaient sur nous plus d’effet que de tels propos ne le font raisonnablement d’ordinaire: je crois que le ciel en avait décidé ainsi. Prononcer nos noms, c’était déjà nous embrasser.

Et à notre première rencontre, qui se fit par hasard au milieu d’une foule de gens, lors d’une grande fête dans une ville, nous nous trouvâmes tellement conquis l’un par l’autre, comme si nous nous connaissions déjà, et déjà tellement liés, que plus rien dès lors ne nous fut aussi proche que ne le fut l’un pour l’autre. »

Je ne ferai aucun commentaire de ce texte au risque de le gâcher. Chacun(e) l’interprète à sa façon. A côté de ces amitiés merveilleuses dont nous vantons les louanges, il y a celles qui nous déçoivent, nous attristent, nous abandonnent, nous prennent au dépourvu, nous font sentir misérables, sans intérêt, laissés pour compte, perdus, mal aimés, bref, des amitiés qui se finissent mal.

Deception

Il est naturel qu’au fil des ans nous nous éloignions. La vie fait que nous prenons des chemins différents, nous déménageons, partons étudier puis travailler aux quatre coins du monde. Au début on reste en contact, on fait de Face Time, on s’envoie les room tours de nos nouveaux apparts, puis les mois, les années passent et on reçoit un message à Noel, au nouvel an, on ne sait même plus qui est l’expéditeur mais on ose pas demander alors on dit « Merci » et on oublie. Malgré tout les souvenirs restent car ils ont participé à notre construction.

A côté de ces amitiés finies à cause des aléas de la vie, il y a celles dont on avait pas vu venir la fin. J’en ai vécue quelques unes, une en particulier qui m’a profondément affectée, c’était il y a peu de temps. J’étais très proche de cette fille, fut une époque nous partagions nous. Les sentiments que j’avais à son égard étaient une amitié profonde et sincère, je l’aimais autant que l’on peut aimer une amie. Apres avoir étudié ensemble une année, nous avons suivies des études différentes, mais nous sommes restées en contact les deux premières années. Et puis plus rien. Elle ne me répondait pas bien qu’elle lisait mes messages, elle ne prenait jamais de nouvelles non plus. Elle trouvait le temps pour voir d’autres amis, pour sortir, faire la fête, voyager… Mais pas pour me répondre ni se soucier de moi. Vexée, blessée, je ne comprenais pas pourquoi. Nous ne nous sommes pas disputées, je ne vois pas ce qui peut être la cause de cet abandon. Après des semaines à me demander si devais me sentir mal à cause d’elle, je me suis faite une raison : si elle t’a abandonnée c’est que tu ne comptes plus pour elle, pourquoi devrait-elle compter pour toi ? Pourquoi devrais-tu te sentir coupable et minable ? C’est elle qui devrait avoir honte de son comportement. Tu te rends malade pour rien. Garde les bons souvenirs que tu as avec elle, car il y en a beaucoup, et passe à autre chose. Je ne l’oublierai jamais cette amitié, malgré la violence de son arrêt. Je regrette la manière dont elle s’est achevée mais je ne me sens plus mal par rapport à cette séparation. J’ai fais mon deuil, je suis plus sereine maintenant que je l’ai accepté et que j’ai tourné la page.

Il y a aussi des moments dans les amitiés où on se dispute, pour pas grand chose la plupart du temps. Des malentendus, des non-dits ou au contraire trop de franchise. Des maladresses, des caractères bornés et des égos qui ne veulent pas reconnaire leurs torts. Puis on réalise que cela ne vaut pas le coup de briser une amitié, de la perdre parce qu’on l’aime cette connasse, on peut pas vivre sans elle, ah qu’elle est pénible ! Alors oui, on a beau s’embrouiller parfois, s’insulter même, on pleure un bon coup chacune de notre côté, puis on ravale notre fierté, on s’excuse, on chiale ensemble et on tombe dans les bras l’une de l’autre. Le pardon est la condition d’une relation qui dure. La rancune est un poison. Pardonner c’est faire preuve de maturité, d’intelligence, d’empathie, de compréhension car ne faisons-nous jamais d’erreurs ? Alors aimons-la cette peste car elle pense la même chose de nous. Aimons la parce que la vie serait bien triste sans elle.

 

giphy

Et vous, depuis combien de temps dure votre plus longue relation amicale ? Je n’ai pas beaucoup de vraies amies, je les comptes sur les doigts d’une main. Mais je sais que je peux tout leur dire et compter sur elles. Mes plus de 3000 abonnés sur Insta sont importants à mes yeux mais ce n’est qu’un chiffre. Ce qui compte ce sont les actes, les moments de partages. Privilègiez-vous également la qualité de vos amis plutôt que leur quantité ? Et, sinon ça vous dit de devenir mes ami(e)s ? XOXO

Bisous, Ada. 

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Germ dit :

    Oh nooo je ne t’ai pas marqué à l’internat moi :p
    C’était chouette d’être ensemble ❤

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s